jeudi, 12 mai 2016 02:27

Conakry: Une Nouvelle Voie (Avril 2016) : les membres du jeune gouvernement numérique prennent la retraite

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)


Une Nouvelle Voie (Avril 2016) : les membres du jeune gouvernement numérique prennent la retraite
Posted on April 30, 2016    by A.O.T. Diallo

Bienvenue à mon bilan du 4e mois de la Condécratie version 2.0, un modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

    Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois: « A propos du débat qui pour moi est prématuré au sujet d’une éventuelle modification constitutionnelle, Non ! Si je me tais sur ce qui se passe ailleurs c’est pour ne pas gêner d’autres présidents qui quelque fois sont des amis. Mais en ce qui me concerne, je ne modifierai jamais la constitution. Ce serait trahir ce pourquoi je me suis toujours battu. Cela doit être clair. En Guinée, il n’y aura pas un troisième mandat» (le 02, devant l’envoyé spécial ouest-africain du secrétaire général des Nations Unies) ; « En ce qui concerne le terrorisme, il est évident que l’Ethiopie et la Guinée sont en avant-garde de la lutte contre le terrorisme, parce que comme l’a dit le Premier ministre, le terrorisme c’est d’abord la pauvreté. » (le 11, en conférence de presse avec le PM éthiopien) ; « Dans le domaine de l’agriculture, la Guinée c’est le plus mauvais exemple. Le pays a des terres fertiles, sur 6 millions d’hectares possibles nous exploitons à peine 20%… Dans nos pays à culture francophone nous avons plus tendance à faire des études de lettres ou de droit. Je ne critique pas mais je constate. C’est ce  qui explique un peu notre retard par rapport aux pays anglo-saxons. Les étudiants  préfèrent faire le droit parce qu’ils pensent que c’est des métiers intellectuels alors que ce qui est important c’est la maitrise des nouvelles technologies et le travail professionnel. » (28, lors de la clôture de la 9ème Assemblée Générale ordinaire du Réseau Africain des Institutions et Fonds de Formation Professionnelle (RAFPRO) ; « J’ai combattu ouvertement les autres régimes et ce sont les cadres de mon parti qui se mettent aujourd’hui à me combattre… Certains de mes proches ont appelé le bureau politique du RPG arc-en-ciel pour annoncer qu’e j’ai fait une crise après un footing à Kaloum. Ceux qui veulent me voir mourir vont mourir avant moi… Je vous demande d’être patient et de ne pas vous inquiéter. Notre parti a traversé beaucoup d’épreuves mais ça ne l’a pas affaibli. Ceux qui pensent affaiblir le RPG se trompent. Ayez confiance au parti et laissez les gens s’agiter. Je connais ceux qui poussent les jeunes, mais je ne suis pas pressé… il y a des responsables qui ne veulent pas le changement. Ils ne veulent que des avantages, ils ne veulent que de l’argent de l’Etat mais pas au petit peuple. Nous ne pouvons pas oublier les RPCé, ceux qui sont à l’origine du parti. Mais, soyez patients. Pendant plus de 20 ans aucun pouvoir n’a pu ébranler le RPG et ce n’est pas maintenant que quelqu’un le fera. Avant c’est les autres qui nous combattaient et maintenant ce sont nos propres responsables qui nous combattent, c’est ça la vérité. Ils passent derrière les gens pour les pousser mais tout finira par s’éclaircir » (le 30, lors du 2e conseil des ministres et des mamayeurs de la semaine, la réunion hebdomadaire au siège du parti).

    Pour : lisez bien ce que le boss a dit le 02 et notez-le sur papier pour demain. Il a juré qu’il ne nous fera pas une Paul Kagamé. Ok et merci mais on vous a à l’œil et nous ne manquerons pas de vous le ressortir si vous l’oubliez en 2018.
    Contre : les amis préparez-vous à vous défendre seuls contre les djihadistes quand ils viendront chez nous, ne comptez surtout pas sur la certitude du responsable suprême de maitriser parfaitement la situation. Pendant que nous nous tapons la poitrine pour nous autoproclamer « avant-gardiste de l’Afrique » tous les autres pays mettent en place des services de renseignements de pointe et des unités d’élite anti-terroristes. Au fait les avant-gardistes guinéens font quoi de concret à part le lip-service ? Je me suis toujours demandé pourquoi nous étions si en retard en Guinée mais je sais maintenant : nous avons eu la malchance d’avoir 3 semi-lettrés et ensuite un professeur de droit comme Présidents de la République. Avec de tels « métiers d’intellectuels » au pouvoir nous sommes foutus, Walahi !

—————————————————

    Les décisions et actions « positives » du mois : le 01, le PM numérique lance enfin son 1e séminaire dit retraite gouvernementale. La facture est parait-il particulièrement salée ; le 01, le PPAC fait le voyage à l’extérieur le plus court depuis le lancement de son Sanseman : il est allé participer à la fête d’intronisation d’un nouveau frère qui redouble au pouvoir au Niger et est revenu le soir même ; le 05, la session ordinaire de l’Assemblée nationale (AN) consacrée à  l’examen et à l’adoption de 22 lois (pas encore déposés en fin du mois) est pourtant ouverte au palais du peuple. Nous verrons bientôt si cette fois-ci nos opposants-opposés vont signer leur certificat de décès en votant le règlement intérieur de l’AN qui consacrera définitivement leur rôle insignifiant dans toutes les décisions du parlement. Un peu plus de carburant et de perdiems devraient facilement faire l’affaire ; le 06, notre boss n’a pas participé à l’investiture du nouveau président béninois, Patrice Talon. Pas qu’il était malade Dieu merci, mais tout simplement parce qu’il n’y était pas invité, ni d’ailleurs tous ses vieux compagnons de fortune, aux cérémonies strictement nationales. Et oui, ils devront s’y habituer de plus en plus dans les années qui viennent, « leur temps est passé maintenant » ! ; le 17, le ministre de l’unité nationale et de la citoyenneté a joué un tour de maitre à nos farces de dépenses et d’insécurité au niveau du barrage routier le plus célèbre pour l’arnaque des pauvres citoyens qui y passent forcement pour sortir ou entrer dans Conakry. Il est monté comme un petit passager dans un taxi et a subi la totale en termes de raquette et de menaces des gabelous. Une fois passé après moult francs glissants sur la table il a fait immédiatement demi-tour dans son carrosse et son smoking ministériel ; le 18, nous recevons la visite de la représente  spéciale du secrétaire général des Nations Unies sur les violences sexuelles dans les conflits et de la sous-secrétaire d’Etat américaine pour la société civile, la démocratie et les droits de l’Homme. Elles séjournent chez nous dans le cadre d’une mission d’information/inspection sur le dossier du massacre et des viols des militants de l’opposition le 28 septembre 2009. Elles ont clairement et publiquement défini les raisons de leur mission : « Nous sommes venues prendre connaissance de l’état d’avancement du dossier.

Nous voulons juste nous rassurer qu’un procès puisse commencer effectivement et se terminer ». La récente nomination et promotion d’un gouverneur inculpé a fait déborder de nombreux vases chez les Big Brothers qui doivent prendre cela comme une moquerie du PPAC à leur égard. Et dans des cas pareils ils tapent sur les doigts en envoyant immédiatement des menaces diplomatiques bien ciblées. Merci mesdames ! ; le 27, le dernier malade d’Ebola est déclaré guéri et renvoyé pour mourir de paludisme et de diarrhée dans son village. Dans quelques jours l’OMS va déclarer la 2e fin de l’épidémie d’Ebola en Guinée avec 7 morts cette fois-ci contre 2.300 la fois précédente. Jay-Z et Beonce ont démarré les entrainements avant le probable concert de musique pour fêter comme il se doit cette 2e réalisation grandiose du 2e La date du concert devrait être annoncée bientôt ; le 30, le PPAC a procédé au lancement des activités d’assainissement de la ville de Conakry. Il portait un accoutrement absolument non recommandé pour ce genre de travail à moins que ce soit pour la première et dernière fois de sa vie : chemise manche longue marron et pantalon bleu, sans aucune protection pour la tête, le nez, les mains, les pieds et les mocassins en cuir bien cirés. Il était entouré de son cercle habituel de mamayeurs supérieurs dont le gouverneur de Conakry et avait, comme il se doit pour la RT-PPAC, un balai présidentiel à la main. En attendant pour me convaincre il devrait plutôt mettre en place un politique efficiente qui favorise la création d’entreprises d’assainissement pour offrir quelques emplois aux millions de chômeurs au lieu d’aller faire lui-même le job sur le terrain et les priver ainsi de cette maigre opportunité de gagner un peu de d’argent pour manger. Il me répondra que là aussi il est obligé de tout faire car nous sommes tous des incompétents et des voleurs.

    Pour : la nouveauté pour la virée au Niger c’est qu’il est revenu au bled quelques heures après la fin de la cérémonie, sans même sabler le thé sahélien de la victoire à 95% de son ami FEANFiste. Vous voyez patron, c’est possible ! Sans doute les gite et couvert n’étaient pas pris en charge par les organisateurs vu que ce pays est classé dernier dans presque tous les classements mondiaux. Pour notre ministre kamikaze qui a essayé de vivre pendant quelques minutes comme les gens d’en-bas, il a réussi à démontrer publiquement que nos ripoux en treillis sont des gens d’encore plus bas. Tout le monde dans la CEDEAO savait déjà cela mais n’osait le dire à haute voix et fermait honteusement les yeux. En comprenant leur bévue abyssale ses bourreaux ont fui en brousse en oubliant même leurs brodequins. Il a convoqué ensuite leur inspecteur qui a juré sur tous ses dieux qu’il ne savait rien de ces pratiques et que toute l’équipe subira la rigueur de la loi militaire – ici ca veut dire qu’ils seront acquittés sans jugement et mutés ailleurs. Peut-être un coup d’épée dans l’eau mais Bravo pour cette action, Mr Gassama Diaby ! Tous vos collègues savent cela, y compris ceux qui sont en charge de notre sécurité mais en pareilles circonstances ils tournent tous la tête en passant dans leurs carrosses. Vous au moins vous faites honneur à votre fonction en refusant de tourner la tête. A qui le tour pour vous imiter ?
    Contre : pour la « formation 101 » de nos nouveaux ministrons, parmi les thèmes principaux on peut souligner « l’appropriation par l’ensemble des membres du gouvernement des principes du cadre logique, légal et règlementaire de l’action gouvernementale ; la familiarisation par l’ensemble des membres du gouvernement avec les principes, les règles et les responsabilités liés à l’exercice de la fonction de ministre ; la sensibilisation des membres du gouvernement aux règles du protocole, d’éthique, de déontologie et d’exemplarité dans l’exercice de leurs fonctions ». Dommage que le PPAC n’était pas assis sur la 1e rangée des bancs de la classe.

 —————————————————-

    Les décisions et actions « négatives » du mois : le 03, le ministère de la santé du Liberia annonce que la nouvelle victime d’Ebola à Monrovia, une femme décédée, était venue de Guinée voisine avec ses trois enfants, dont un a aussi été testé positif au virus. Elle a traversé la frontière après avoir enterré son mari dans la zone limitrophe entre les 2 pays. Tout le monde semble étonné et se demande comment puisque la frontière était fermée à cette période-là. La réponse est pourtant facile : notre panafricanisme historique est de retour, dans le bien comme dans le mal ; le 05, nous découvrons tous les détails épidémiologiques de la réapparition d’Ebola au Liberia. Le parcours de la 1e victime a été entièrement retracé. Elle a quitté la Guinée le 21 mars, soit deux semaines après le décès de son mari mort d’Ebola, accompagnée de sa sœur et de ses trois enfants, au nez et à la barbe de notre coordination et de nos « experts » de l’OMS qui étaient sur place depuis le 17 suite au décès du 1e cas mais tous sous valium à forte dose, le cerclage de la zone n’ayant commencé que le 24 soit une semaine après. Voila le cerclage à la guinéenne, aussi professionnel que le barrage Kaléta ! ; le 06, l’ancien ministre des finances de PPAC 1.0 est intronisé Président de la Cour des Comptes de PPAC 2.0, soit le 1e flingueur pour juger les comptes des comptables publics en commençant par lui-même. Ce contrôle doit normalement établir la sincérité et la régularité des comptes ainsi que le respect des procédures établies dans le cadre d’une gestion des finances publiques. Autrement dit il devient le grand inspecteur et inquisiteur de ses propres turpitudes et de celles de ses bosses.

Ainsi l’honneur ne sera pas sauf mais le système et ses hommes le seront ; le 09, nous recevons une visite officielle du PM éthiopien avec Madame. Il est reçu à l’aéroport par son homologue guinéen, le PM-PPAC lui aussi avec sa Madame. Jeune PM numérique était sagement dans le 1e rang des seconds-couteaux insignifiants de la république. Puis notre boss s’est transformé en guide touristique malgré son agenda toujours très chargé pour lui faire visiter les merveilles du Sanseman et de Bolloré : l’île de Room (une récente construction du RPCé), le port personnel et le parc d’attraction bluezone de Kaloum. Quant aux mesdames elles ont parcouru le musée national en 5 minutes et ensuite le siège de la fondation personnelle de notre 1e dame, une grande réalisation du Sanseman crée par elle au lendemain de son arrivée à la mangeoire et qui disparaitra sans aucun doute le lendemain de son départ comme pour toutes celles qui y sont passées avant elle ; le 11, le dictateur avisé d’Ethiopie nous balance avant de retourner chez lui « Je crois que la  Guinée avec tous les potentiels qu’elle a peut sortir de la pauvreté. Elle a seulement besoin d’un leadership fort et je suis heureux de voir que ce leadership est en train de se mettre en place en  république de Guinée ». Encore un autre qui n’a pas compris le discours d’Obama à Accra. Décidément certains des pires exemples de démocrates (turc, rwandais et éthiopien) défilent depuis quelques semaines chez notre chef ; le 12, nous découvrons comment le PPAC va faire gober le règlement intérieur de l’Assemblée nationale à nos honorés opposants-opposés, leur dernière arme pour l’empêcher de faire voter tout ce qu’il veut : il fait introduire dans cette loi organique un article 64 qui dit qu’en plus des avantages classiques connus comme les indemnités fixes mensuelles et les indemnités de session, les 133 parlementaires auront des frais d’installation, un véhicule de fonction, une indemnité de logement, une indemnité de transport, en cas de décès des frais funéraires pour les conjoints, le transport de la dépouille dans la circonscription électorale et le paiement à la famille du défunt député de l’entièreté de l’indemnité  parlementaire pendant les six mois qui suivent le  décès et les 2/3 de cette indemnité  pendant le temps qui reste jusqu’à la fin de la législature. En plus ils demandent chacun un passeport diplomatique ainsi que pour leurs conjoints et quatre de leurs enfants (article 64 dernier alinéa). A ceci il faut rajouter une augmentation des salaires de 111,6 % (obtenue et dissimulée il y a quatre mois dans la loi des finances 2016), un régime d’assurance et de sécurité sociale très spécial couvrant tous les risques possibles sous les tropiques : maladie, décès liés à l’exercice du mandat, vieillesse et maternité (Article 65). Le tout sera managé par un service spécialisé géré uniquement par le bureau de l’Assemblée. Voyons voir maintenant qui va voter Non à ce règlement intérieur délicieux pour tous ses bénéficiaires. Même les roquets de l’opposition vont la fermer cette fois-ci. De grâce, honorés dépités, quand vous obtiendrez très bientôt tous vos cadeaux, demandez au moins pour les gens d’en bas de simples cartes d’identité car nous en sommes sevrés depuis des années  ; le 12, Air PPAC décolle de nouveau pour la Turquie avec une trentaine d’opérateurs comiques, des commerçants détaillants de l’informel dont certains veulent nous faire croire qu’ils sont des barons de l’industrie et de la finance mondiale. Ils vont peut-être réclamer le remboursement complet de tout ce que nous avons dépensé pour recevoir leur dictateur avec ses industriels il y a quelques semaines. Ensuite un crochet au retour pour assister au 20e sacre de Sassou Ier à Brazzaville, puis le 22 à New-York pour les soldes de printemps et une petite réunion aux Nations Unies et enfin à partir du 26 de petites vacances méritées chez lui à Paris. Nous espérons très bientôt une visite officielle en Guinée-Conakry ; le 13, la FIDH et ses partenaires guinéens publient un document sur les projets de nouveaux codes (pénal et civil), de procédure pénale et de justice militaire qui sont actuellement en cours de finalisation. En dehors de toutes les autres erreurs surement voulues, un avocat DDHiste (Me Foromo) constate que « le Code de justice militaire, s’il est voté en l’état, aurait pour conséquence de confier à des juridictions qui ne présentent pas de garanties d’indépendance et d’impartialité satisfaisantes la compétence pour juger les auteurs des crimes les plus graves et ce en violation des standards internationaux. En particulier les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité,  les crimes de génocide et les crimes d’agression commis par des militaires, tels que prévus par le Code pénal… Les crimes du 28 septembre pourraient être qualifiés de crimes contre l’humanité. Si le Code de justice militaire n’est pas révisé, nous courons le risque que les auteurs de ces crimes soient jugés par un tribunal militaire. Les victimes ne l’accepteront pas ». Demander à des militaires guinéens de juger certains de leurs complices dans des crimes humains, voici la formule toute trouvée pour quasi-amnistier tous les commanditaires et auteurs des crimes du 28 septembre 2009. Les maréchaux Dadis, Konaté et Toumba-Toumba peuvent maintenant revenir sans crainte sur les lieux de leurs crimes supposés et comme chaque fois ce sera tant pis pour les victimes et leurs familles ; le 21, la presse nationale annonce avec fracas que l’Union Européenne a retiré officiellement la Guinée de la liste noire des pays non coopérants en matière de pêche. Il y a près de 4 ans que nous étions avec 6 autres pays sur la liste des pays non coopérants où la pêche illicite était devenue une norme et depuis un an nous sommes le dernier et seul pays sur cette liste honteuse. Hélas le lendemain le chef de mission de nos inspecteurs externes balance à son tour à la même presse que « le carton rouge n’est pas retiré et le processus est toujours en cours ». Franchement le 1e avril est passé les gars, cessez de nous faire rigoler comme cela ; le 22, nous découvrons dans la presse en ligne et sur les réseaux sociaux un nouveau record dans l’horreur de nos forces de désordres en treillis dans un poste mixte gendarmerie-police BAC (Brigade Anti Criminalités !!) de Kakimbo en haute banlieue : une vidéo de torture d’un jeune homme digne d’un documentaire sur les prisons de Guantanamo ou Abu Graib. Pour se justifier le chef de la police dit sans beaucoup de remords que c’est leur façon habituelle d’obtenir des aveux des bandits de grands chemins au bled. Et dans les émissions interactives de radio du lendemain la majorité des appelants félicitaient les gendarmes pour leur exploit. Certains regrettaient presque qu’ils ne l’aient pas braisé comme une carpe pour clore le show. J’espère que ce n’était pas une miche de pain ou le poulet du voisin que ce pauvre type avait dérobé mais avec la bastonnade reçue il avouerait même d’être le calife El Bagdadhi si on le lui demandait par écrit. Et leur défense est aussi imparable « même les américains font pareils dans leurs prisons ». Encore une fois la devise nationale : une bonne comparaison est la meilleure des raisons pour faire ce que l’on veut. Au fait l’enquête des inspecteurs de la gendarmerie chargés du dossier a commencé par la recherche active de l’auteur de la vidéo et de celui qui l’a balancé sur FaceBook. Pour les bourreaux ce sera peut-être la légion d’honneur.

    Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
    Contre : l’histoire rocambolesque du parcours de la patiente dans Monrovia, y compris le transfert du cadavre par taxi d’une clinique clandestine vers l’hôpital national où elle a été déclarée « décédée à l’arrivée » est digne d’un blockbuster hollywoodien. Cette nouvelle flambée aura été une nouvelle opportunité vite fait – bien fait pour un groupuscule de guinéens privilégiés mais une catastrophe pour tous les autres. Après le président rwandais venu au bled pour personne ne sait quoi de louche voici le PM éthiopien venu faire pareil, apparemment pour appuyer son candidat à la direction générale de l’OMS à Genève. C’est ça aussi la diplomatie de développement dans notre nouveau monde globalisé où la bataille est féroce pour occuper tous les postes stratégiques du village planétaire. Quand je pense qu’ici il y a une partie de la population qui pense, la main sur le cœur, que ces visites sont dues à l’aura internationale du PPAC, cela me fait beaucoup rigoler.

————————————————

    Formations, séminaires, ateliers, colloques et autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : 1e session 2016 du comité de pilotage stratégique du Projet d’Appui au Secteur Agricole en Guinée ; séminaire gouvernemental intitulé « cadre et programme du travail gouvernemental » ; atelier de restitution de l’analyse du rapport ITIE Guinée 2013 (Initiative pour la transparence dans les industries extractives) ; formation sur l’élaboration des bases de données environnementales pour les projets miniers ; forum national autour du thème : le droit de manifester ; séminaire de formation d’une cinquantaine de cadres du ministère des mines et d’autres ministères pour booster les projets miniers en Guinée ( !) ; journée de concertation pour la ré-délégation de la gestion du nom de domaine informatique « .gn » ; atelier de réflexion sur la définition d’une stratégie de formalisation du secteur dit informel ; ateliers de formation sur l’amélioration des conditions sécuritaires dans certaines communes de la capitale ; atelier de redéfinition des objectifs éducatifs afin de se projeter pour 2020 pour atteindre les Objectifs de Développement Durables (ODD) ; rencontre de vulgarisation de l’évènement « Forum des DRH » ; formation sur la gestion du secteur informel et la gouvernance du secteur minier (?) ; atelier de lancement officiel du projet d’appui à la réforme du secteur de la sécurité, volet réintégration socio-économique (PARSS- RSE), financé par l’union européenne ; atelier de formation des medias sur la maitrise des techniques de rédaction journalistique (encore !) ; atelier sur les progrès réalisés et les défis du plan d’action de la Planification familiale ; atelier de formation des formateurs des enseignants alphabétiseurs ; atelier-bilan régional (Boké) du projet de riposte à Ebola.

    Pour : le séminaire-bizness n’est pas encore revenu à la mode (17) mais cela ne serait tarder car les poches sont de plus en plus vides.


    Contre : le séminaire du Saint-Sanseman produit tellement de séminaristes athées qu’il faut les reformer au moins 2-3 fois par an. Le show du séminaire gouvernemental est gracieusement financé par nos bailleurs et facilité par un has-been politique d’un pays voisin, spécialiste d’un nouveau module d’anti-gouvernance dénommé « comment berner le peuple d’en bas quand les caisses sont vides ». Ses résultats présentés dans la presse en ligne et la TV-PPAC sont l’exemple même du niveau d’amateurisme de ceux qui nous dirigent : un défilé de ministres qui déroulent à tour de rôle des disques quasi identiques de promesses mirobolantes, le tout selon les fuites des couloirs sataniques, pour un budget d’environ 1,4 milliards GNF pour 2 journées intenses du recevoir sans rien donner. Cerise sur le gâteau une source non démentie officiellement annonce que chaque ministre a reçu 7 millions GNF pour ses 2 jours de concentration assidue – qui est fou ?

———————————————————-

    Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définies) pour changer le changement :

 Double-Aladji PPAC, Emir du califat du palais de Satanya cette fois-ci j’ai une idée lumineuse à vous offrir gratis : il faut urgemment faire adopter par votre parlement-maison qui s’ennuie actuellement en session des lois, une législation nationale révolutionnaire, « la Loi fondamentale de Satanya » avec des règles et procédures obligatoires pour tous les gens d’en-bas au pays.

Voici par exemple quelques articles :

    Dans les rencontres avec le Chef des chefs ou un des membres de son clan rapproché et hermétique à tout intrus ou rapporteur, il faut te baisser autant que tes arthroses et ton ventre vide te le permettes et ne lève surtout jamais les yeux pour les regarder dans les siens sinon tu risques d’y perdre la vue comme quand tu regardes une éclipse sans les lunettes spéciales pour cet événement exceptionnel.


    Devant la gouvernance nationale tu dois appliquer à la lettre tout ce que l’on te dit de faire sans poser de question, en versant beaucoup de « meci bocou » et en te retirant à toute vitesse sans jamais offrir ton dos aux poignards qui te raccompagneront.
    Devant la gouvernance décentralisée (régionale, préfectorale et sous-préfectorale) et locale fait exactement la même chose mais 10 fois plus vite encore et rajoute aussi « padon du deransemen ».
    Devant la justice rentre dans le tribunal avec l’idée que tu seras condamné à mort même si tu n’as volé que le plat de ton père. Comme cela tu seras toujours content de la peine que l’on te collera. Et vend immédiatement ta maison et tout le reste de tes biens si tu veux sortir de tôle pour voir tes descendants.


    Si (ou plutôt quand) tu visiteras les maisons de torture des commissariats de police et de gendarmerie en entrant déshabille-toi, couche-toi sur le sol et dit « padon chef » avant même qu’on te l’exige et commence à prier à haute voix pour espérer revoir tes épouses et deuxièmes-bureaux après guérison éventuelle mais pas totale.


    Dans les rencontres avec n’importe quel homme en treillis et brodequins, même s’il te marche dessus il faut dire « padon chef » et jurer que tu sais par cœur que « le pays est commandé » sinon réserve tout de suite un lit au mouroir sanitaire le plus proche du lieu de ta bastonnade inoubliable afin de recevoir tes derniers soins chirurgicaux.
    Dans les rencontres avec les militants et mamayeurs du RPCé il faut hurler plus fort que les autres « l’opposition à bas ; les diaspourris à bas ; vif le Sanseman, Vif le RPCé, vif le PPAC global et multiforme ».
    Dans les rencontres avec les militants et mamayeurs de l’opposition tu cries aussi fort mais exactement le contraire.
    Dans les rencontres avec les rares entreprises et sociétés privées du pays tu menaces en arrivant : « didon, tu ne sais pas qui je suis ? Le pays est commandé ; donne pour moi sinon je te système ». Tu auras à chaque coup un avantage psychologique certain pour la suite du combat.
    Dans les rencontres avec tout étranger ou guinéen ayant 2 ou 3 nationalités sur 2 ou 3 continents (soit près de 30% de la population) tu lui exiges des devises sinon tu le dénonceras au conseil des ministres et mamayeurs du samedi suivant au siège du RPCé. Sinon tu lui dis que tu vas le présenter comme « étranger louche dans ton quartier », c’est la mode anti-djihadiste actuellement, et qu’il passera plusieurs jours dans une cellule sans repas, condamné en fin de semaine à perpétuité pour des activités terroristes suspectes menaçant la sécurité intérieure du pays.
    Dans les rencontres avec le peuple d’en-bas il faut te venger au maximum de toutes tes autres rencontres frustrantes et épuisantes de la semaine et déverser toute ta haine sur plus faibles que toi. Ici aussi la phrase fétiche est « didon, tu sais qui je suis ? ».
    Dans tes rencontres avec ta famille, surtout tes femmes quand tu rentres le soir après être sorti en cachette le matin pour ne pas laisser la dépense pour acheter une dizaine de pains locaux et la popote du repas unique du jour, tu fonces dans ta chambre en pestant comme un homme très fâché. Mais au bout d’un certain temps cela ne te sauvera plus et les madames rentreront après toi dans la chambre pour te régler ton compte.
    Et enfin dans tes rencontres avec toi-même devant le miroir de ta salle de bain (pour ce qui en ont) pleure en cachette toutes les larmes de ton corps, puis fais tes ablutions pour foncer à la mosquée prier le bon Dieu de t’assurer au moins une place au paradis après très peu d’années encore de ce calvaire.

Avec cette nouvelle législation révolutionnaire, possiblement panafricaine si vous la faites adopter lors de la prochaine rencontre ave vos potes-dictateurs de la CEDEAO, nous pourrons tous vivre en harmonie totale dans notre République Bananière de Guinée (RBG), la seule, unique et inique du XXIe siècle, Walahi !

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 130e jour du « nouveau changement radical » et de l’ancien « Guinea is back » devenu en 2016 « Guinea is really in back » ; déjà 4 mois et 10 jours. Ce mois-ci Kaléta a presque totalement calé. La  « révolution globale, multiforme et criminelle » de Satan Touré se transforme lentement en « Sanseman sectaire, uniforme et toujours en colère » du PPAC. Retour au point de départ ! Ce mois-ci j’ai appris la devise de l’un de nos « célèbres » journalistes nationaux : « ce n’est pas la dignité que je mange ». Quelle belle description de la presse alimentaire, de l’administration publique et des hautes sphères du pouvoir. Je pense que c’est surtout la meilleure illustration de l’anti-gouvernance qui détruit notre triste pays à petit feu. Je voudrais terminer ce mois-ci en parlant de ce que j’appelle depuis longtemps le « bâillon communautaire » dans toutes nos communautés ethniques ou l’obligation de la pensée unique incontestable : il faut applaudir notre chef « parent » sans jamais le critiquer tout simplement parce que c’est « l’un des nôtres » sinon tu es un traitre à la cause commune régionale. L’un des principaux défis aujourd’hui est que tous les intellectuels guinéens sans exclusive acceptent de le dénoncer car nous pourrions enfin commencer à discuter franchement des solutions. Cela sera beaucoup plus difficile pour nos parents analphabètes mais pas forcement impossible après de nombreux efforts de communication intelligente et ciblée et le constat ensuite de quelques succes stories. Le plus marrant en lisant les posts et commentaires sur le web guinéen c’est de se rendre compte que des compatriotes très bien formés et analytiques raisonnent et écrivent comme cela sans même parfois s’en rendre compte. Et ceux qui pensent que ce n’est pas le cas et prennent comme exemples les Bah Oury, Badiko, Sadakaji et autres, je voudrais leur faire remarquer que ces « pagailleurs » sont à 90% soit des intellectuels diaspo récents ou anciens qui ont appris ailleurs que le respect du bâillon communautaire est une hérésie, soit de riches marchands persuadés que leur argent est la seule clef de la présidence de la RBG.

Dr AOT

Lu 775 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

English Galician German Italian Portuguese Spanish

EDUGRADE

Archives Washington Debats

Nos réseaux sociaux

Nos reseaux sociaux Radio Top Africa sur Facebook Radio Top Africa sur Youtube Radio Top Africa sur Twitter

AMEG-VIE

R&B Shipping
Company LLC

For all your shipping needs.
HOME PICK-UP AVAILABLE
RENE DUONAMOU
410 336 4300
ALPHA BARRY
410 258 3260

VU Magazine

TECHNOREPAIR COMPUTER REPAIR & SALES 
Pour tous vos travaux de réparation ou d’achats d’ordinateurs neufs ou d’occasion.
Computer Repair & Sales
Tel: 202-492-9348
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

www.technorepair.com

Nos Partenaires

ARGUIFA Chefaide Canada Partenaire a Beni en RDC SA